Déroulement des maraudes

Les maraudes se déroulent de 19h à 22h30 maxi.

Au delà de ces horaires, l’association décline toutes responsabilités.

L’inscription du bénévole maraudeur est obligatoire sur le registre de présence ( Nom, prénom, adresse, tél + signature)

Un gilet fluo (pour des raisons de sécurité et pour que le sdf ne prenne pas le maraudeur pour un danger potentiel) sera prêté et devra être restitué en fin de maraude

Ce gilet devra être porté du début jusqu’à la fin de la maraude

Les bénévoles qui auront apportés des dons sont priés de les remettre à l’un des responsables de la maraude afin qu’ils puissent être triés et répartis

Un point de rendez-vous est fixé pour 22h30 maxi, afin de restituer les gilets et les dons non distribués (communiqué avant la maraude)

 

INTERDICTIONS FORMELLES ( sous peine d’exclusion)

  • Les photos des sans abris sans autorisation (confidentialité et respect)
  • Les enfants sur les maraudes
  • La distribution d’alcool et de médicaments
  • Les dons d’argent
  • Communiquer ses coordonnées aux sdf

En cas de problèmes, besoin de renseignements ou toutes autres questions pendant ces maraudes,  veuillez contacter Myriam au 06.47.06.82.66

J’AI LU …

JE SUIS D’ACCORD …

JE SIGNE ! 🙂

Sur le terrain

  • Une approche douce est nécessaire, prendre le temps de parler, en se mettant à la hauteur de la personne qui peut être un peu sur ses gardes et apeurée mais qui avec une tasse de thé et un petit gâteau fait maison va peut-être s’ouvrir un peu et se confier plus facilement.
  • Le vouvoiement montre que vous respectez la personne en tant que telle. Beaucoup de choses peuvent passer par le regard, alors regardez la personne dans les yeux.
  • Quelques mots brisent l’isolement de l’exclusion et permet d’exister à nouveau, d’avoir sa place aux yeux de l’autre
  • Évaluez l’environnement avant d’intervenir, approchez vous en binôme, l’un reste à proximité, debout, et l’autre se met à la hauteur de la personne : si la personne est allongée, ne vous asseyez pas par terre mais mettez plutôt à genoux, de manière à pouvoir vous reculer facilement en cas d’agressivité ou d’approche trop « intime ».
  • Entamer la conversation tout en douceur et lui demander ses besoins, où il dort et s’il a besoin d’un hébergement, d’aide matérielle etc.
  • Le rassurer sur le fait qu’on n’est pas là pour le dénoncer ou autre mais pour voir s’il a besoin de quelque chose, les sdf peuvent se méfier d’une main tendue…
  • Être à l’écoute de la personne est primordial, elle va peut-être ressentir le besoin de son confier, de raconter son parcours…
  • Si une personne n’a pas d’hébergement pour la nuit ou les nuits suivantes, appeler le 115, et demander s’il y a des offres à l’endroit où la personne se trouve. Si c’est tard en fin de journée l’hébergement ne sera probablement pas trouvé pour la nuit qui vient, mais peut être une solution…
  • Prendre si possible les coordonnées de la personne s’il possède un portable pour le recontacter plus tard lorsqu’une proposition plus pérenne se dessinera…
  • Attention, vérifier si addictions ou pas…
  • La rue est un milieu hostile qui peut être propice à l’agressivité ou à l’alcoolisation (il ne faut pas généraliser mais il vaut mieux être informés pour mieux réagir au cas où). Il faut analyser le terrain, détecter si les personnes sont alcoolisées ou au comportement étrange, et passer son chemin si cela vous paraît trop risqué. Si la personne est dans le besoin de soins immédiats, si urgence, appeler les pompiers.
  • Si vous maraudez en voiture, ne pas ouvrir le coffre devant un groupe afin d’éviter un attroupement et qu’ils veuillent tous avoir la même chose que les autres.
  • Gardez votre calme en toutes circonstances, le calme inspire le calme…
  • En cas d’agressivité, baissez le ton et ne pas insister.
  • Certaines personnes peuvent refuser votre aide.
  • Ne pas essayer de faire de la quantité, mais de la qualité. Pensez à sourire 😉
  • Une formation est possible auprès d’associations comme la Croix-Rouge…

Toutefois, il n’existe aucun C.A.P. de maraudeur.

Marauder c’est agir dans le cadre de sa citoyenneté qui reste au regard de la République un droit et un devoir.

Répondre à une assistance à personne en danger par le partage n’a JAMAIS été répréhensible dans l’esprit du législateur.

Vous pouvez devenir membre actif  de l’association « Sans Toit, et si c’était toi ? »

et participer aux réunions et à l’assemblée général.

Demandez votre bulletin d’adhésion, cotisation 10 euros l’année contre carte de membre.

Téléchargez le bulletin d’adhesion 2016